Laurespace 17

Sciences humaines – Astrologie – Psychologie – Développement personnel – Parapsychologie – Spiritualité – Santé au naturel

 

Les bienfaits de la méditation sur le cerveau

Les bienfaits de la méditation sur le cerveau ont été démontrés par des études. Les effets de la méditation sur le cerveau sont liés à la neurosplasticité du cerveau ; en effet, cet organe plastique et malléable peut être modifié par l’apprentissage. Ainsi on peut employer la méditation pour soulager la douleur ; elle peut aussi prévenir les épisodes de dépression.

 

Comment apaiser la douleur ?

Des études ont montré que méditation et douleur étaient liées : la méditation soulage la douleur.

Une expérience a été menée sur un groupe de personnes entraînées à la méditation et sur des novices. Pendant quelques secondes, chacun s’est vu passer de l’eau très chaude sur le poignet, ceci entraînant une certaine douleur.

Grâce au scanner, il a été constaté que chez les méditants, les zones du cerveau concernées par la peur de vivre la douleur étaient moins actives. Or, chez les novices, le cerveau anticipe la douleur en l’amplifiant.

 

Les effets de la méditation sur le cerveau

La méditation modifie le cerveau. L’expérience menée montre que la méditation change le cerveau : elle le réorganise et provoque des modifications fonctionnelles cérébrales.

Pratiquer régulièrement la méditation implique une concentration, de l’attention et un état de compassion venant modifier l’activité neuronale. La neuroplasticité cérébrale explique que l’entraînement à la méditation puisse modifier la structure du cerveau.

 

La neuroplasticité du cerveau

La neuroplasticité cérébrale décrit les  mécanismes par lesquels le cerveau peut être modifié par l’apprentissage ; le cerveau est plastique, malléable. Lorsque le cerveau est entraîné à développer certaines facultés ou fonctions cognitives, les zones concernées par l’apprentissage sont modifiées dans leur structure.

Le cerveau d’un dépressif, même léger, montre des zones cognitives hyperactives. Grâce à la neuroplasticité du cerveau, pratiquer régulièrement la méditation vient :

- réguler les émotions,

- modifier les réflexes du mental,

- déconnecter certains réseaux,

- réorganiser les fonctions cérébrales.

 

Remplacer les antidépresseurs

Les bienfaits de la méditation sur le cerveau offre donc d’intéressantes perspectives médicales. Les effets de la méditation sur le cerveau peuvent ainsi soulager les douleurs physiques, psychiques, les symptômes chroniques, réduire le stress.

Des études ont en effet montré que la méditation pouvait prévenir les épisodes de dépression. En effet, si la France est l’un des pays les plus consommateurs d’antidépresseurs, c’est parce que nous vivons déconnectés de notre vie émotionnelle. Or, pratiquer régulièrement la méditation permet de modifier l’activité neuronale et de se reconnecter à ses émotions.

 

Méditation et enseignement

Au vu des bienfaits de la méditation sur le cerveau, il serait intéressant d’intégrer dans l’enseignement des méthodes de méditation. La méditation peut se cultiver dès le plus jeune âge.

Des recherches ont déjà été menées aux Etats-Unis ; au centre de Madison de Richard Davidson, l’utilisation de la méditation dans l’enseignement a déjà fait l’objet d’études.

Dès l’enfance, l’éducation pourrait enseigner la méditation pour soulager la douleur, développer la concentration, prévenir les épisodes de dépression.

 

Conclusion

La méditation ouvre des perspectives médicales intéressantes pour éviter de recourir aux substances chimiques lors de maladies. Elle aide à lutter contre le stress, l’anxiété et à prévenir les épisodes de dépression.

 

Copyright n°00051972

Pour en savoir plus :

- Lire l’article du magazine La Vie : « Antoine Lutz : « J’ai conduit les premières expériences sur le cerveau méditant  »

 

A lire aussi sur Laurespace 17 :

- Trois points d’acupression contre l’anxiété

- L’importance accordée à la religion protège des symptômes de la dépression

Dans : ->SPIRITUALITE,->PSYCHOLOGIE,-NEUROSCIENCES
Par laurespace
Le 1 juin, 2013
A 19:52
Commentaires : 0
 
 

L’importance accordée à la religion protège des symptômes de la dépression

 


La croyance religieuse aiderait à soigner la dépression

L’extase mystique contribuerait à soigner la dépression car elle procurerait un mieux-être psychique. Allier la méditation aux traitements médicaux classiques permettrait d’accélérer la guérison des patients. Des recherches remettent en cause l’idée selon laquelle il n’y aurait pas de lien entre l’esprit et le corps ; en effet, des chercheurs du département de psychologie de l’Université de Montréal étudient l’activité neurologique des carmélites durant leurs prières ; ils souhaitent démontrer que l’expérience mystique peut se mesurer en termes d’activité cérébrale.

 

L’importance personnelle accordée à la religion : un facteur protecteur de la dépression

Dans une étude publiée par l’American Journal of Psychiatry en janvier 2012, l’évaluation de la religiosité a été mesurée à travers différents critères. Seule l’importance personnelle accordée à la religion s’est révélée être un facteur protecteur contre la dépression. L’importance portée à la spiritualité serait donc garante d’une meilleure santé mentale.

 

L’accompagnement spirituel : une aide pour prévenir les épisodes dépressifs

Il ressort de cette étude que l’accompagnement spirituel serait recommandé pour prévenir des épisodes dépressifs. Les thérapeutes pourraient conseiller à leurs patients de se diriger vers la religion. « Pour les gens diagnostiqués avec une dépression clinique, la médication joue certainement un rôle important dans la réduction des symptômes » explique le Dr Murphy. « Mais quand on traite des personnes dépressives, les cliniciens ont besoin d’être conscients du rôle de la religion dans la vie de leurs patients. C’est une ressource importante pour la planification de leurs soins. »

 

Conclusion

La croyance religieuse en un Dieu suprême d’amour aiderait donc à améliorer les symptômes de la dépression et à s’en protéger.

 

Copyright n°00051972

 Pour aller plus loin :

- Voir Recherches sur le cerveau mystique.

- Voir Le cerveau mystique, documentaire canadien réalisé par Isabelle Raynauld en 2006.

- Lire Dépression et religion : crise de nerf = crise de foi ?, par Pierre Louis Couturier.

 

A lire aussi sur Laurespace 17 :

- Guérir des traumatismes et blessures du passé grâce à l’EMDR 

Dans : ->PSYCHOLOGIE,-NEUROSCIENCES
Par laurespace
Le 14 septembre, 2012
A 19:09
Commentaires : 0
 
 
 

Le Mag de l'actu |
simplement moi |
:: La critik est un avis :: |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tous!! se qui interresse Ro...
| P L A Y / B A C K
| naruzaza