Laurespace 17

Sciences humaines – Astrologie – Psychologie – Développement personnel – Parapsychologie – Spiritualité – Santé au naturel

 

Arriver en retard au travail

Arriver en retard au travail est considéré par la loi comme une faute. Toutefois, pour accroître ses bénéfices, une entreprise a besoin d’un personnel et d’une motivation. Or, recevoir des ordres d’un patron et aimer son activité professionnelle sont deux choses difficilement compatibles. Le retard au travail réglementé par le Code du Travail s’avère être une faute qui soulève une incohérence de la part des législateurs.

 

Arriver en retard au travail est une faute dites-vous ? 

Oui, arriver en retard à son travail est une faute. Il faut bien trouver un responsable, lorsqu’on n’est plus responsable de soi-même. Et le responsable n’est jamais soi ; le responsable est toujours l’autre.
Arriver en retard à son poste est considéré dans le monde du travail comme un pêché inacceptable pour l’employeur.
Mais est-ce partout pareil ? Oui, arriver en retard à son travail est inexorablement considéré comme un pêché, une faute, un enfreint à la loi, et ce, partout.
Mais qui a créé cette loi ? Ce sont des personnes qui tiennent les rênes du pouvoir et dont l’intérêt est vénal.
Mais quel impact le retard au travail a-t-il sur l’enrichissement d’un employeur ? Pour répondre à cette question, voyons plutôt comment un employeur s’enrichit.

 

Augmenter les bénéfices d’une entreprise

Pour accroître ses bénéfices, un employeur doit utiliser de bons ingrédients. Si lui, est le moteur, ses employés concrétisent les tâches. Voici ce qu’un employeur devrait appliquer :

- être motivé par son entreprise
– respecter la clientèle
– respecter, encourager son personnel
– donner envie à ses employés de rester
– comprendre que chacun est unique
– comprendre que motiver un employé vaut bien plus que donner des ordres
– comprendre que la valeur d’une l’entreprise se trouve dans la prestation de service et/ou les produits qu’elle propose.

L’argent n’est que la contrepartie d’une valeur, mais il n’a aucune valeur en lui-même : il ne se mange pas, il n’apprend pas à aimer, il n’apporte pas la connaissance. Que ferions-nous de notre vie si la seule chose qui existait sur cette Terre était l’argent ? Nous nous ennuierions. Ce que tout un chacun recherche, ce n’est pas l’argent, c’est ce qu’achète l’argent, ce qui nous fait plaisir.

 

Aimer son activité professionnelle

Recevoir des ordres d’un patron et aimer son activité professionnelle sont des antonymes. S’adonner à un loisir qui nous est plaisant deviendrait rapidement quelque chose de déplaisant si nous recevions des injonctions dans la pratique de ce loisir.

Arriver en retard à son travail ne signifie pas « ne pas avoir envie d’aller travailler« . Les raisons sont variées. Lorsqu’un employeur motivé est débordé et qu’il sait qu’il va arriver en retard à un rendez-vous, cela ne signifie pas qu’il n’a pas envie d’aller à ce rendez-vous ; peut-être a-t-il peaufiné le dossier à présenter ; peut-être a-t-il reçu des appels imprévus de clients ; peut-être a-t-il poursuivi une discussion intéressante pour l’entreprise avec un collaborateur et il était préférable de la mener jusqu’à son terme. Arriver en retard à un rendez-vous ne rime pas forcément avec un manque de motivation. 

Si un employeur peut arriver en retard à un rendez-vous, et ce, de manière récurrente, et pour les raisons évoquées ci-dessus, n’est-il pas possible qu’un employé puisse lui aussi être débordé, motivé par la vie en général, et ainsi arriver en retard au travail ?

 

Etre en retard au travail : une faute cachant une réalité incohérente

Le retard au travail serait donc une faute, une faute de s’enrichir l’esprit à côté de son travail (ce qui est bénéfique pour le travail en lui-même), une faute de ne pas avoir répondu à une injonction qui nous fait perdre la motivation de travailler, alors que la motivation pour son travail permet à l’entreprise d’augmenter ses bénéfices ?

J’ai dit plus haut que recevoir des ordres d’un patron et aimer son activité professionnelle étaient des antonymes. A défaut d’aimer, nous pouvons être motivé par un employeur, ce qui, comme je l’ai dit, vaut bien plus que des ordres.

La réalité du monde du travail est le fruit d’une incohérence : la loi aliène les citoyens, en les plaçant dans des boîtes, encadrées par des règles uniques pour tout le monde ; elle vampirise des êtres en annihilant leur potentiel et en les transformant en des robots sans cœur, alors que le cœur est l’ingrédient principal qui permet d’avoir du cœur à la tâche ; il est le seul moteur qui fasse vivre une entreprise. Laissez-moi vous le répéter : le cœur est le seul moteur qui fasse vivre une entreprise.

 

« Quand on veut se débarrasser de son chien on dit qu’il a la rage »

J’aurais pu sous-titrer ce paragraphe « petite enquête policière ». Lorsqu’un employé signe un contrat avec un employeur, deux personnes sont reliées. Cela forme une relation. Dans une relation, on attire ce qui nous ressemble. Un employeur attire l’employé qui lui ressemble (ou plus précisément qui ressemble à l’image de son employé intérieur dont l’employé extérieur est le reflet). Quand l’employeur brandit son badge pour imputer à son employé la faute d‘être en retard au travail, il pointe simultanément le doigt vers lui : l’employé est le miroir de son image intérieure de l’employé.

Dans une relation, une faute n’est jamais unilatérale. La faute est toujours bilatérale, car tout est interconnecté dans l’univers. Tout est en tout (se référer à la notion de « champs d’énergie universelle »).

Alors, à défaut de comprendre le parallèle qu’il y a entre l’extérieur et l’intérieur, l’employeur vous inflige une faute. Et comme dit l’adage : « quand on veut se débarrasser de son chien, on dit qu’il a la rage ».

 

Conclusion

Si la loi (de certains hommes) considère que le retard au travail est une faute, cette règle est en désaccord avec le résultat escompté par un employeur : donner de la valeur à son entreprise. Mais le cœur et les ordres n’ont jamais fait bon ménage.

« You don’t need to wear a patch on your arm to have honor » – A few good men, movie that came out in 1992.
Traduction : « Vous n’avez pas besoin de porter un écusson sur votre bras pour avoir de l’honneur » – Des  hommes d’honneur, film sorti en 1992.

 

Copyright n°00051972-1

Dans : ->PSYCHOLOGIE
Par laurespace
Le 27 février, 2016
A 21:52
Commentaires : 0
 
 

Comment retrouver son animal perdu ?

Derrière la question « Comment retrouver son animal perdu ? » se cache la question de la relation maître-animal. Lorsque l’on cherche à retrouver un animal disparu, on se demande « pourquoi mon chien fugue ?« , mais il y a une question que l’on ne se pose pas.

 

La relation maître-animal

Lorsque vous cherchez à retrouver un animal disparu, vous êtes affolés et vous demandez ce qui s’est passé dans la tête de votre animal, pourquoi il a fugué.
Dans les cas de vols d’animaux domestiques, les propriétaires recherchent le coupable, à savoir le voleur.

Toutefois, la relation maître-animal est importante lorsque vous cherchez à retrouver un animal disparu. Vous questionner sur l’animal vous apportera des éléments qui peuvent vous échapper, car vous n’êtes pas l’animal ; de plus, vous ne vous questionnez qu’à moitié, car la disparition de l’animal vous concerne personnellement. Le rapport maître-animal implique un lien entre deux êtres vivants et vous ne pouvez pas chercher la réponse en l’animal sans la chercher en vous-même.

Dans la relation maître-animal, l’animal vient refléter ce que vit le maître intérieurement, comme un miroir réfléchissant.


Comment retrouver son animal disparu ?

Une fois que les premières démarches nécessaires ont été faites pour retrouver un animal disparu (informer la SPA, informer les fourrières, informer la gendarmerie, informer les vétérinaires, mettre des affiches sur place, sur internet, sur les réseaux sociaux, etc.), posez-vous des questions sur vous :

 

  •  que s’est-il passé dans ma vie au moment où mon animal a disparu ?
  • suis-je fatigué, déprimé, dans l’ennui ? Si oui, cela peut être la cause de la fuite de l’animal, qui lui aussi, s’est laissé aller. Ne laissez pas la déprime liée à la disparition de votre animal vous envahir ; elle est le reflet de votre propre déprime. Traitez votre fatigue, votre déprime, votre ennui.
  • est-ce que je donne trop de ma personne ? Dans ce cas, vous pouvez vous vider de vous-même, et vous êtes à même d’attirer le manque ; au même moment, votre animal a disparu et il vous manque, car vous manquez de vous-même.  Occupez-vous de votre personne, de vous-même. Retrouver son animal disparu est la conséquence du fait de vous être retrouvé vous-même.
  • y a-t-il eu une rupture affective au moment où mon animal a disparu ? L’animal vous apporte de l’affection ; si vous avez vécu une rupture affective, et que vous l’avez mal vécue, vous attirez le manque d’affection et votre animal peut fuir. Faites-vous  plaisir, faites des choses que vous aimez faire, pour vous apporter l’affection dont vous manquez.
  • y-a-il eu des conflits dans mon couple ? Là encore, ces tensions se répercutent sur l’affection que vous vous donnez à vous-même, donc sur l’affection que vous donne votre animal.
  • suis-je victime de manipulations dans mon entourage, de mensonges, de trahisons ? Cela pourrait expliquer que vous soyez manipulé et victime de vol d’animal, et que vous ayez à faire à des personnes de mauvaise intention. Il faut alors repérer les manipulations, les mensonges, les trahisons et y remédier. Si l’on profite de vous, on peut profiter de votre animal également. Ne vous laissez pas faire.

 

A lire aussi sur Laurespace 17 : 

Recherche d’animaux disparus

 

Dans : ->PARAPSYCHOLOGIE,->VIE PRATIQUE,->PSYCHOLOGIE
Par laurespace
Le 18 février, 2016
A 23:20
Commentaires : 0
 
 

Comment chasser la déprime ?

Comment soigner la déprime, ce mal si courant de la vie et retrouver l’équilibre psychologique ? Pour guérir la déprime, il convient de connaître quels sont les signes de la déprime et quelles en sont ses causes. Il est nécessaire de la reconnaître sans trop tarder ; en effet, lorsque les symptômes s’installent, la déprime peut alors se transformer en une réelle dépression.

 

Quels sont les signes de la déprime ?

La déprime se manifeste par différents symptômes. Parmi eux, nous constatons :

- des symptômes physiques : un état de fatigue, de l’insomnie, des maux de tête, une baisse de l’appétit

- des symptômes psychologiques : la tristesse, un sentiment d’abattement, une baisse de motivation (dans nos activités, au travail, dans les tâches quotidiennes, etc.), une mauvaise humeur, de la colère, de l’irritabilité

- des symptômes intellectuels : distraction, difficultés de concentration, confusion dans les idées

- des symptômes ayant un impact sur la vie relationnelle : repli sur soi, tendance à s’isoler.

 

Quelles sont les causes de la déprime ?

           – Des causes souvent subjectives

Il existe de très nombreuses raisons de déprimer ; la plupart du temps, nous savons quelles sont les causes de notre déprime. Une mauvaise image de soi, une déception, un échec, un évènement malheureux, une rupture sentimentale, la perte d’un proche, le chômage sont autant de causes pouvant légitimement conduire à la déprime.

 

          – Stress et déprime

Dans certains cas, nous déprimons sans en connaître la raison. C’est le cas lorsque que nous sommes stressés, fatigués, dans le doute, que nous manquons de confiance en nous. En effet, stress et déprime vont souvent de paire. Le stress agit sur notre état général à notre insu ; or, il n’est pas toujours facile de se rendre compte à quel point il peut nous amener si vite à la déprime.

 

Comment soigner la déprime ?

           – Améliorer l’équilibre physique

Améliorer l’équilibre physique passe par le fait de respecter le temps de sommeil dont le corps a besoin. En cas d’insomnie, il est possible de recourir aux plantes sédatives : la valériane, la passiflore, la camomille, la mélisse, le tilleul, la verveine. N’hésitez pas à ajuster (diminuer ou augmenter) la dose de sédatifs en fonction des réactions de votre corps, sans dépasser la dose journalière autorisée.

L’activité physique est également un bon remède pour guérir la déprime : marcher, faire du vélo, pratiquer un sport aide à améliorer le moral.

 

          – Retrouver l’équilibre psychologique

De nombreuses solutions aident à guérir la déprime. En voici quelques unes :

- prendre un papier, un crayon et noter ce qui génère de la déprime. Pour chaque motif évoqué, s’interroger sur la ou les causes de la déprime. Puis essayer de trouver quelle solution peut s’appliquer pour atténuer la déprime ou y remédier

- se faire plaisir

- organiser des activités qui redonnent confiance en soi, qui mettent en valeur

- réduire ses activités si elles sont trop nombreuses ou les alterner

- pratiquer quelques minutes de méditation chaque jour afin de contrôler ses pensées et ses émotions

- parler à une personne de confiance capable d’écoute et de compréhension

- fuir les personnes ou les situations nuisibles, même si c’est au prix d’un effort à faire sur soi.

 

Différence entre déprime et dépression

La déprime peut être qualifiée de forme légère de dépression. Elle se caractérise par des symptômes temporaires. Ceux-ci peuvent durer quelques heures, quelques jours, voire quelques semaines. Une personne déprimée retrouve assez rapidement sa motivation, son enthousiasme, de l’intérêt dans ses activités.

Quand les symptômes de la déprime s’installent, celle-ci peut se transformer en véritable dépression. Contrairement à la déprime, la dépression est une affection dont les symptômes se prolongent dans le temps. Se sortir seul d’une dépression n’est pas une chose facile. Consulter un médecin, sans trop tarder, est le réflexe à adopter avant que l’état de santé n’empire.

 

Conclusion

Une baisse de motivation, de l’irritabilité, un repli sur soi peuvent être les signes d’une déprime. Améliorer l’équilibre physique, appliquer quelques solutions simples pour retrouver l’équilibre psychologique peuvent guérir la déprime et éviter de sombrer dans une affection plus compliquée qu’est la dépression.

 

Copyright n°00051972

Pour en savoir plus :

- lire l’article « Déprime » de E-sante.fr

 

A lire aussi sur Laurespace 17 :

- Guérir par la relaxation

- Comment écouter son corps ?

- L’importance accordée à la religion protège des symptômes de la dépression

Dans : ->DEVELOPPEMENT PERSONNEL,->PSYCHOTHERAPIES,->SANTE - MEDECINES DOUCES,->PSYCHOLOGIE
Par laurespace
Le 20 septembre, 2013
A 18:57
Commentaires : 0
 
 

Qu’est-ce qu’un surdoué ?

Un surdoué est un être doté d’une grande intelligence et d’une hypersensibilité. L’idée selon laquelle cet être est avantagé est gravée dans les mœurs ; pourtant, la fragilité du surdoué ne lui facilite pas la vie. La difficulté du surdoué découle de son atypisme. C’est un individu hors norme qui doit être reconnu dans sa différence.

 

Un individu hors norme

Le surdoué est un individu hors norme. Son intelligence est atypique ; elle est différente de la norme en termes de qualité. C’est aussi un être hypersensible, pourvu d’une très grande réceptivité émotionnelle.

Le surdoué présente donc ce paradoxe d’être doté d’une grande intelligence et d’être fragile psychiquement. La fragilité du surdoué et son intelligence exacerbée sont chez lui deux facettes indissociables.

 

- L’intellect

Le surdoué est doté :

- de grandes ressources intellectuelles

- de capacités de compréhension, d’analyse hors norme

- de capacités de mémorisation importantes

- d’une pensée qu’il peut pousser à l’extrême et pouvant aller jusqu’aux frontières de l’infini

 

- L’affectif

Etre surdoué, c’est aussi faire preuve :

- d’une hypersensibilité, d’une hyperémotivité

- d’une réceptivité affective intense

- d’une perception sensorielle hors norme

- d’une grande lucidité, de clairvoyance

 

La difficulté d’être surdoué

La différence du surdoué peut être à l’origine d’échecs dans une société qui veut que chacun se conforme à des normes.

Les enfants ayant un quotient intellectuel élevé peuvent rencontrer des difficultés scolaires. Leur intégration sociale est parfois bien difficile. Leur fragilité psychologique peut les rendre victimes de troubles du comportement.

Les adultes surdoués ne sont pas non plus à l’abri des difficultés. Ce sont des êtres dont la personnalité est fragile. Comme les enfants surdoués, ils peuvent rencontrer des difficultés d’intégration sociale, d’ordre affectif et/ou professionnel.

 

Savoir si l’on est surdoué

Savoir si l’on est surdoué est capital pour mener sa vie à bien.

Lorsqu’un enfant surdoué grandit sans avoir été diagnostiqué, des troubles psychologiques ont une forte probabilité de se manifester. Pour bien évoluer, l’enfant a besoin de savoir qui il est. A défaut, il devient un adulte dont l’image qu’il a de lui-même peut être erronée.

L’adulte non diagnostiqué peut connaître un parcours chaotique ; ne sachant pas qui il est, l’adulte est en errance dans sa vie ; il ne parvient pas à s’accomplir. Or, s’ignorer, c’est risquer de passer à côté de soi, à côté de sa vie.

Mettre un nom sur son atypisme, sa différence, ses fragilités et ses difficultés malgré son intelligence est donc essentiel pour le surdoué.

 

Quel nom donner au surdoué ?

L’enjeu de cette question est le regard des autres. Lorsque l’être doté d’une grande intelligence est reconnu surdoué, la question se pose de savoir : comment le dire ?  

Les parents d’un enfant surdoué en échec scolaire peuvent être victimes de railleries. Il est tout aussi difficile de ne pas passer pour un être vaniteux en se prétendant surdoué. De même, comment s’avouer surdoué, lorsque nos parcours professionnel, affectif, social sont loin d’être une réussite ?

Jeanne Siaud-Facchin emploie le terme de « zèbre » dans son livre « Trop intelligent pour être heureux ». Cette dénomination allège le terme « surdoué » de tous ses préjugés. Le zèbre est, dans la savane, l’animal qui se distingue nettement des autres.

 

Conclusion

Etre doté d’une grande intelligence est certes un avantage, mais le parcours d’un zèbre peut être semé d’embûches s’il ignore son potentiel. La sensation de différence par rapport aux autres, l’hypersensibilité, la grande intelligence, les échecs répétés peuvent être des indicateurs du surdouement.

 

Copyright n°00051972

Pour en savoir plus :

- Lire « Trop intelligent pour être heureux » par Jeanne Siaud-Facchin, paru aux éditions Odile Jacob

- Lire Douance.be 

Dans : ->PSYCHOLOGIE
Par laurespace
Le 30 août, 2013
A 19:59
Commentaires : 5
 
1234
 
 

Le Mag de l'actu |
simplement moi |
:: La critik est un avis :: |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tous!! se qui interresse Ro...
| P L A Y / B A C K
| naruzaza