Laurespace 17

Sciences humaines – Astrologie – Psychologie – Développement personnel – Parapsychologie – Spiritualité – Santé au naturel

 

Résoudre un aspect dissonant

En étudiant les aspects des astres entre eux dans le thème de naissance, j’ai pris conscience qu’il était possible de trouver  un compromis devant leur dissonance, en ayant à l’esprit qu’ils interagissent toujours entre eux comme deux poids placés sur le plateau d’une balance. Je vous délivre dans les lignes ci-dessous ma méthode pour tenter de rééquilibrer les oppositions, les carrés, etc.

*****

Dans un thème natal, un aspect dissonant entre deux planètes présente toujours une planète plus éloignée de la Terre que l’autre. Exemple : dans une opposition de la Lune à Uranus, Uranus est la planète la plus éloignée de la Terre. Dans un carré de Mars à Neptune, Mars est la planète la plus proche de la Terre.

*****

Afin de résoudre l’aspect, il faut tout d’abord imaginer que chacune des deux planètes est comme un poids sur le plateau d’une balance : la planète la plus éloignée pèse plus lourd que la planète la plus proche.

Pour reprendre l’exemple cité ci-dessus, le poids de la Lune, opposée à Uranus, est insuffisant comparé à celui d’Uranus qui est en excès. Concrètement, Uranus rend le sujet trop stressé, trop indépendant, mais son sommeil (représenté par la Lune) est insuffisant ; le stress peut même le rendre insomniaque, déprimé. Le sujet peut être plus porté vers ses amis, des activités de groupe ou les nouvelles technologies (Uranus), mais il est moins disponible pour sa vie de famille, son habitat, sa vie émotionnelle (Lune).

Dans le carré de Mars à Neptune, le poids de Mars est insuffisant comparé à celui de Neptune, lequel est en excès. Concrètement, le sujet rêve de beaucoup de choses (Neptune), mais il n’agit pas suffisamment (Mars). Il dort beaucoup, voire trop (Neptune), mais il manque de dynamisme et ne se prend pas suffisamment en main (Mars). Il peut être très dévoué envers son entourage (Neptune), mais au point de s’oublier lui-même (Mars), être très gentil (Neptune), mais pas assez égoïste (Mars).

*****

Afin de rétablir l’équilibre de l’aspect, il faut imaginer augmenter le poids de la planète la plus proche de la Terre et diminuer celui de la planète la plus éloignée. Ce faisant, lorsque l’écart entre les deux se réduit, le plateau de la balance s’équilibre et les énergies des deux planètes s’acceptent l’une l’autre et trouvent un compromis pour travailler ensemble, et non en conflit. 
Reprenons alors l’exemple de la Lune en opposition d’Uranus (cette méthode s’applique également pour un carré ou un autre angle de dissonance).

Si l’on se place du côté d’Uranus, le sujet doit diminuer la tension nerveuse, le stress tout en augmentant le temps de sommeil (Lune), en étant plus à l’écoute de lui-même (Lune), en s’occupant davantage des aspects émotionnels de sa vie (vie affective, vie de famille, enfants, moral…) afin de leur apporter plus de dynamisme (Uranus), de faire progresser (Uranus) sa vie privée (Lune), en se rendant également plus coopérant (Uranus).

Si l’on se place du côté de la Lune, le sujet doit augmenter l’énergie consacrée à sa vie privée, tout en prenant conscience des changements nécessaires pour la faire évoluer, en se libérant émotionnellement, en devenant plus indépendant affectivement, plus solidaire également ; il doit écouter ses émotions et prendre conscience de son originalité affective et familiale.

Tout en rétablissant l’équilibre des poids sur la balance, chacune des deux planètes doit travailler avec l’autre : tout en augmentant son poids, l’énergie de la Lune doit s’allier à plus d’indépendance ; tout en diminuant son poids, l’énergie d’Uranus doit s’allier à plus de douceur.

 

Copyright n°00051972

Dans : ->ASTROLOGIE,-LES ASPECTS ASTROLOGIQUES
Par laurespace
Le 31 mars, 2012
A 10:10
Commentaires :1
 
 

Le mi-point

L’étude d’un thème astral présente un intérêt pour déterminer une personnalité et ainsi guider l’orientation de l’intéressé, mais elle a un intérêt tout particulier pour connaître la voie à suivre lorsque des occasions se présentent ou lorsqu’il s’agit d’affronter les difficultés et les épreuves auxquelles nous devons faire face.

 

Pour ce faire, il convient de comprendre le sens des aspects. Lorsqu’ils sont harmonieux, cela signifie que le destin facilite notre évolution, mais il faut savoir saisir la chance qui se présente pour en bénéficier au mieux. Lorsqu’ils sont dissonants, nous faisons souvent face à des difficultés, des épreuves ; l’étude des aspects nous renseigne sur le comportement que nous devons employer, l’orientation que nous devons prendre pour nous dépasser et intégrer la leçon de vie que l’épreuve nous présente. Un aspect dissonant n’est pas une fatalité ; il nous donne l’occasion de saisir une chance, celle d’évoluer, mais il demande de se dépasser, exactement comme  si nous passions un examen pour franchir l’étape à suivre sur le chemin de notre évolution.

 

J’avais précédemment abordé la question de la résolution des aspects dissonants dans l’article L’interprétation des aspects astrologiques : l’heure astrologique. L’étude des mi-points vient compléter l’étude des dissonances d’un thème astral.

 

Le mi-point est un point d’équilibre se trouvant à mi-distance entre deux planètes. Il peut être calculé pour tout type d’aspect astrologique. Cependant, l’équilibre étant plus difficile à trouver dans les dissonances, il est intéressant de trouver le mi-point des carrés, des oppositions, pour ne s’en tenir qu’aux aspects majeurs.

 

Comment le trouver ? Tout aspect a un sens. En effet, tout aspect comporte au moins deux planètes, l’une évoluant plus rapidement que l’autre.

 

Exemple : dans un carré Saturne-Mercure, Mercure est plus rapide que Saturne. Mercure progresse donc autour du zodiaque en décrivant une boucle l’éloignant de Saturne jusqu’à l’opposition et le rapprochant de Saturne jusqu’à sa conjonction avec elle, terminant ainsi sa boucle.

 

Imaginons que Mercure soit relié à Saturne par une corde. Lorsque Mercure arrive au premier carré (90°) formé à Saturne, on appelle cela un carré croissant. Si Mercure a parcouru 270° après Saturne, il en est au trois-quart de sa boucle, et forme alors un carré décroissant à Saturne.

 

Pour trouver le mi-point du carré croissant de Mercure à Saturne (90°), il faut calculer la mi-distance de la corde qui sépare Mercure de Saturne. Exemple : Saturne est à 0° Cancer et Mercure est à 0° Balance. Le mi-point se trouve à 90°/2=45° de Saturne, soit à 15° du Lion. Pour trouver le mi-point du carré décroissant qui sépare Mercure de Saturne (270°), on procède la même manière. Exemple : Saturne est à 0° Cancer et Mercure à 0° Bélier. Le mi-point se trouve à 270°/2= 135° de Saturne, soit à 15° du Scorpion.

 

Le domaine et le signe dans lequel se trouve ce mi-point désignent l’énergie à travailler pour trouver un équilibre. Si le mi-point passe en conjonction d’une planète personnelle (voire de la planète du partenaire dans un thème composite), l’énergie de cette planète, son signe et sa maison aident à trouver l’équilibre. 

Dans : ->ASTROLOGIE,-LES ASPECTS ASTROLOGIQUES
Par laurespace
Le 4 septembre, 2011
A 17:27
Commentaires :1
 
 

Interprétation des aspects astrologiques : l’heure astrologique

Un thème astral comporte douze signes divisés en parts égales, du signe du Bélier jusqu’au signe des Poissons ; il comporte douze maisons, de l’ascendant jusqu’à la maison XII. Un thème comporte des planètes qui parcourent donc douze signes et douze maisons, en entamant un nouveau cycle chaque fois qu’elles reviennent sur leur positions natales.

 

Un aspect simple se compose de deux planètes en débutant par une conjonction. La planète la plus rapide des deux évolue vers le semi-sextile croissant (30°), le sextile croissant (60°), le carré croissant (90°), le trigone croissant (120°), le quinconce croissant (150°), l’opposition (180°), le quinconce décroissant (210°), le trigone décroissant (240°), le carré décroissant (270°), le sextile décroissant (300°), le semi-sextile décroissant (330°) et enfin la conjonction (360°) qui est à la fois la fin d’un cycle et le commencement d’un nouveau cycle.

Lors de l’évolution de la planète la plus rapide, passant par douze étapes (qui rappellent les douzes signes du zodiaque), la planète la plus lente a progressé de quelques degrés ou de quelques signes seulement. Un aspect astrologique évolue donc comme les aiguilles d’une pendule : la petite aiguille a déjà fait le tour du cadran lorsque la grosse aiguille n’a parcouru que quelques degrés. La grosse aiguille détermine l’heure et la petite détermine les minutes, c’est-à-dire douze phases dans une heure. Lorsqu’on lit une pendule, l’heure est l’élément déterminant et les minutes sont toujours rapportées à une heure précise. On ne dit pas : il est 15 mn, mais on dit : il est 9H15 mn, 9H20 mn, 9H25 mn, 9H30 mn, etc. En astrologie, on peut lire les aspects de la même façon que l’heure. Reprenons cet exemple avec des planètes (exemple : Saturne et la Lune). Si la Lune fait un 90° croissant à Saturne, on ne dit pas : il est Lune en carré, mais on dit : la Lune fait un carré croissant à Saturne (90°), un trigone croissant à Saturne (120°), un quinconce croissant à Saturne (150°), une opposition à Saturne (180°), etc. Donc, lorsqu’on lit « l’heure astrologique », on tient compte tout d’abord de la planète la plus lente (la grosse aiguille) à laquelle on rapporte la planète la plus rapide (la petite aiguille) évoluant en douze étapes.

 

La planète la plus lente représente le point de départ de l’aspect équivalent à la maison I : elle indique ce que l’on veut, ce qui nous motive, ce qui a un intérêt pour nous. La planète la plus rapide progresse en douze étapes décrivant un cycle faisant évoluer la planète la plus lente selon les correspondances suivantes :

 

 : maison I 

30° croissant : maison II 

60° croissant : maison III

90° croissant : maison IV

120° croissant : maison V 

150° croissant : maison VI 

180°: maison VII 

150° décroissant : maison VIII 

120° décroissant : maison IX 

90° décroissant : maison X 

60° décroissant : maison XI 

30°décroissant : maison XII

 

Exemple : la Lune en Capricorne en maison III fait un 90° croissant à Pluton en Balance en maison XI. Dans cet aspect, je veux (Pluton est la base de l’aspect) transformer (Pluton) mes relations amicales (maison XI) pour les rendre plus harmonieuses (Balance). C’est ce qui me motive. La Lune en 90° croissant (= maison IV) en Capricorne en maison III m’indique ce que je dois comprendre : je dois être à l’écoute de ce que je ressens (maison IV) et exprimer (maison III) mes émotions (Lune) de façon franche, sincère et profonde (Capricorne). Le carré étant un aspect disharmonieux, comprendre l’aspect n’est pas évident au départ et cela entraîne un conflit : je peux bloquer mon ressenti et l’expression de mes émotions (Lune en 90° en Capricorne en maison III) ce qui m’empêche d’obtenir ce que je veux et m’angoisse dans mes relations amicales, me faisant douter de moi et de mes amis (Pluton en Balance en maison XI). Une fois l’aspect résolu, j’ai transformé mes relations amicales, les rendant plus harmonieuses en exprimant mes émotions de façon plus claire, ce qui les rend plus solides et plus profondes (mes relations s’imprègnent de l’énergie de la Lune en Capricorne) ; je me suis transformée par l’écoute de mon ressenti ce qui me donne plus d’équilibre (mes émotions s’imprègnent de l’énergie de Pluton en Balance).

Copyright n°00051972

Dans : ->ASTROLOGIE,-LES ASPECTS ASTROLOGIQUES
Par laurespace
Le 1 mai, 2011
A 12:58
Commentaires : 0
 
 

Le Stellium

En astrologie, on parle de conjonction lorsque deux planètes sont éloignées de 15° maximum. La conjonction est dite exacte si l’orbe entre les deux planètes est de 0°, mais l’orbe peut varier jusqu’à 15° selon les astrologues.

 

Exemple : si la Lune et Vénus se trouvent à 10° de la Balance, la conjonction est exacte. Si Vénus se trouve à 10° et la Lune à 20°, on parle également de conjonction entre ces deux planètes séparées par 10°.

 

Le stellium est un amas planétaire de quatre planètes. L’énergie qui en est dégagée donne de l’importance au signe et la maison dans lesquels se trouvent les planètes. Le stellium implique de faire travailler quatre planètes ensemble de façon très étroite, donc au moins quatre secteurs (chaque planète est le maître d’au moins une maison). Si l’une des planètes de l’aspect est le Soleil ou le maître d’ascendant, la personnalité se voit nuancée de l’énergie des planètes du stellium.

 

La conjonction représente le début d’un cycle entre deux planètes. Elle est liée à la maison I. L’un des exemples les plus connus est la nouvelle Lune, période où la Lune passant devant le Soleil entame un nouveau cycle. L’énergie dégagée par le stellium peut donner naissance à des possibilités nouvelles ; le sujet peut savoir ce qu’il veut dans le domaine concerné par l’amas planétaire et ne pas hésiter à prendre des initiatives.

Dans : ->ASTROLOGIE,-LES ASPECTS ASTROLOGIQUES
Par laurespace
Le 30 avril, 2011
A 18:59
Commentaires : 0
 
12
 
 

Le Mag de l'actu |
simplement moi |
:: La critik est un avis :: |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tous!! se qui interresse Ro...
| P L A Y / B A C K
| naruzaza